Le Mercenaire

Le Mercenaire est un des combattants de la troupe.

Bras droit du Capitaine, le Mercenaire compense largement par sa vigueur et sa constitution légendaire. Son caractère brut et bougon cache une étonnante empathie et une capacité d'analyse redoutable. Son humour décalé et son attitude nonchalante en font un camarade très apprécié dans la troupe, malgré sa brutalité au combat.

Vous pouvez retrouver le mercenaire dans ses animations :

- Initiation à l'escrime
- Présentation de l'armement
- Initiation aux spectacles de combat

- Spectacle

Cliquez ici pour en savoir plus sur l'histoire du Mercenaire


21 Mars, 6ème année Cher journal, Je m’appelle Fard et aujourd’hui j’ai 6 ans, c’est mon anniversaire ! Maman m’a appris à lire, écrire et compter. Elle me dit que ça sera pratique quand je tiendrai l’auberge. Elle m’a offert un livre pour m’entrainer et comme je ne savais pas quoi écrire pour m’entrainer et te voilà. 23 Mars, 6ème année Chère journal, je ne sais pas quoi écrire… j’y ai réfléchi très dur toute la journée hier et je pense que je devrai commencer par présenté ma famille et ou je vis. Ma maman s’appelle Ode (mon père rigole souvent avec son prénom car elle ne sait pas chanter…. Je comprends par le rapport). Mon papa s’appelle Delphin (avant il était aventurier il est très grand et très fort et d’après lui n’a jamais perdu un combat sauf celui qui mis fin à sa carrière, il a combattu une lionne et a perdu… je lui ai souvent demandé de me raconter cette histoire pour pouvoir le venger en battant la lionne… mais il explose de rire et ma mère lève les yeux au ciel…. Je n’aime pas quand je ne comprends pas). Ensemble nous vivons dans une auberge que notre famille fait marcher et même que je suis super utile ! Elle se situe sur une route qui longe une forêt très grande dans le nord de la Bretagne à l’entrée d’un petit village…. 15 juin, 6ème année Chère journal, Nous somme en été, je passe beaucoup de temps à jouer dehors avec mes amis du village. On joue aux aventuriers avec des épées en bois et on affronte des monstre c’est vraiment génial. Un homme étrange est arrivé au village aujourd’hui, il a de long cheveux blond, sens le soleil et la forêt et à un drôle de luth. Il est rentré dans l’auberge et à commencer à jouer de la musique et à conté des histoires… des histoires de monstre, de magie, d’aventurier et d’être incroyable « semblable au homme et pourtant si différent » je n’ai pas tous compris… mais je voudrai beaucoup rencontrer toute ces créatures. J’avais des frissons partout et la chair de poule pendant qu’il parlait…. 15 septembre, 10ème année Cher journal, aujourd’hui des gens sont venus dans l’auberge, ils avaient des vêtements sombres, des épées, des boucliers et des haches avec des armures en cuir et en métal. En les voyant entrer, papa a posé sa main sur son épée cachée sous le comptoir et tout le monde s’est tu, mais tout est redevenu normal quand ils ont souri et commandé à manger. Pendant qu’ils mangeaient, je les ai observés, ils avaient des cicatrices aux bras et au visage. J’ai été très discret, mais ils m’ont quand même remarqué. L’un deux m’a demandé pourquoi je les épiais, j’ai répondu que je les trouvais très impressionnants, ils ont ri, m’ont dit qu’ils étaient aventuriers et que quand je serai grand, si je voulais, je pourrai partir avec eux. Maman a accouru et m’a emporté derrière le comptoir, je ne sais pas pourquoi… Mais j’en suis sûr, quand je serai grand, je serai aventurier comme papa et comme eux. 10 février, 15ème année Cher journal, nous sommes tard dans la nuit, je viens de rentrer en douce par la fenêtre de ma chambre. Je ne réalise pas encore ce qu’il c’est passé cette nuit… tout s’est passé si vite. Peu avant la nuit, Ronan le fils du meunier, est venu me demander de le rejoindre cette nuit sur la place du village. Je me suis donc éclipsé de ma chambre à la nuit tombée. Il y avait tous les jeunes du village : Ronan, Les frères Lann et Julien. Ronan nous a alors dit que les jeunes du village voisin avaient prévu de voler les poules du fermier, et en moins de deux, on était tous planqués dans la grange et les fourrés autour de la ferme. C’était une bagarre acharnée, et certains d’entre nous ont même eu des bleus et des bosses ; Julien a eu un œil au bord noir… Pendant l’attente, je n’arrêtais pas de trembler, et pendant la bagarre, bien que j’avais peur d’avoir mal je souriais… étrange non ? 15 Aout, 16ème anniversaire Cher journal, maintenant, tous les samedis avec les autres, les nuits on se bat avec des jeunes des villages aux alentours… c’est presque devenu un jeu et je suis plutôt bon. On trouve toujours des raisons de se battre, et parfois après on boit tous ensemble. Le reste du temps on fait tous comme si on détestait les jeunes des autres villages, mais s’il y avait des problèmes avec des gens venus d’ailleurs, on se battrait à leurs côtés. 21 Mars, 17ème année Cher journal, il n’y a plus rien d’intéressant pour moi ici, je suis le plus fort de tous les jeunes des alentours. De plus, maman et papa se débrouillent très bien sans moi. Demain matin, je partirai à l’aventure et rencontrerai des créatures incroyables… 1 Novembre, 18ème année Journal, cela fait un an et demi que je parcours le pays de long en large. La vie d’aventurier que j’imaginais n’existe pas… pas plus que les créatures magiques et mystérieuses… les créatures et êtres magiques ne sont rien d’autre que des fables et la vie d’aventure est en réalité une vie de mercenaire où il n’y a que l’or et le sang qui importent… 30 mars, 20ème année Journal, au bout de 3 ans de route, je pensais savoir la vérité sur la vie, son sens et sa réalité… mais je ne suis plus sûr de rien. Il y a quelques jours, j’escortais une caravane de contrebandiers à travers les bois. C’était une nuit de pleine lune, j’avais froid jusqu’aux os et un épais brouillard s’était levé. Cette nuit-là, on ne voyait pas plus loin que la première rangée d’arbres qui longeait le chemin… Le temps était comme suspendu. Plus je m’enfonçais dans la forêt, plus je me sentais mal… De la sueur froide coulait le long de mon dos, je frissonnais à chaque bruit. Le bruissement des animaux dans les fourrés sur mon passage provoquait en moi des décharges d’adrénaline, mon cœur s’emballait, mon sang pulsait dans mes veines, mon ouïe était en éveil poussé à son maximum, je percevais tout autour de moi : la respiration des chevaux, le pas des animaux jusqu’au battement de mon cœur… Soudain, au détour d’un virage, le long d’un ravin, apparut un animal, une créature devrais-je dire que je ne saurais décrire… Un cerf énorme et noir en train de manger de l’herbe, je ne peux l’expliquer mais pendant, une seconde tout se figea, les chevaux, l’air autour de moi, la buée que mes poumons expiraient, jusqu’aux battements de mon cœur. Le cerf se redressa, la tête dressée, il était haut comme ma charrette, ses bois gigantesques auraient pu éventrer un cheval. Il me regarda pendant une éternité, ou peut être pendant une seconde… puis il sauta du ravin et disparut. 25 avril, 20ème année Journal, aujourd’hui je suis dans une taverne proche de ma ville natale dans une auberge… J’ai passé la soirée à parler à un barde et au fil des chopes de bières mon épée posée contre la table, je lui ai parlé de cette fameuse nuit, il m’a alors parlé d’un dieu cornu prenant l’apparence d’un cerf majestueux et énorme, il serait aussi le gardien et le roi des forets. Il m’a aussi dit une chose étrange… « Le voile qui sépare ce monde de celui de la magie est fin, et lorsque qu’il se déchire et que les deux monde se rencontrent il est courant que la météo et le temps se distordent… ». Sans parler d’histoires fantasques : une sorcière aux cheveux de feu vivant sur une presqu’ile au sud, l’entrée du royaume des fae sur une colline se situant aux confins de la terre à l’ouest et une impératrice démoniaque contrôlant la vermine et la maladie protégée par un mystérieux chevalier noir par-delà Brocéliande… je ne peux y croire. J’ai parcouru le pays pendant plusieurs années, j’ai vu ce qu’il avait à offrir et ce n’était rien de magique et fabuleux… Aurais-je pu être aveugle à tous ces phénomènes, passer devant sans jamais les voir ?! Je voudrais tellement un signe pour m‘indiquer la vérité. Un homme vient de passer la porte de l’auberge pestant contre cette nuit remplie de brume glacée. Ça recommence, je le sens dans mon corps, des frissons se répandent sur mon corps et de la sueur coule de nouveau le long de mon dos. Je viens de jeter un œil à travers les volets… la lune, elle est pleine, énorme et rouge comme le sang… A l’heure où j’écris ces mots mes mains saisissent mon épée. Cette lune, cette nuit m’appelle, je pars… je pars à l’aventure.





logo_medievart3.png

- Design by Art'Box -

Médiév'art, association loi 1901 à but non lucratif

- SIRET 83281962700015 -

Siège : 31d Rue Mirabeau App 108 35000 Rennes

  • facebook