Lith

Lith est la capitaine de la troupe.

Épéiste redoutable, dure mais juste, leader née, elle mène la compagnie d'une main de fer. La gentillesse et la douceur ne font pas vraiment partie de ses qualités mais tous dans la compagnie pourraient la suivre jusqu'en enfer s'il le fallait.

Vous pouvez retrouver Lith dans ses animations :

- Initiation à l'escrime
- Présentation de l'armement
- Initiation aux spectacles de combat

- Le rôle des femmes au Moyen-âge

- Spectacle

Cliquez ici pour en savoir plus sur l'histoire de Lith


Comme touts les Avarens, je suis née dans la glace et la douleur. De ma naissance jusqu’à mes deux ans, je fus élevée par une nourrice comme le veut la tradition de mon peuple. Mais mon géniteur ne me perdit jamais de vu.

A mes 6 ans, je passa brillamment mon baptême et fut classée chez les coureurs du vide, la grand caste des assassins. Mais la joie fut de courte durée : à la demande de mon père, je fut mise à l’écart des autres enfants de mon âge et, en plus de la formation militaire de ma caste, je reçue une éducation plus adaptée à mon rang : lecture, écriture, histoire et cultures des peuples, géographie du monde, diplomatie, politique… Mon père voulait faire de moi, une grande ambassadrice respectée.

A l’âge de 8 ans, je commis le Crime Impardonnable en tranchant la gorge de mon maître dans l’espoir de pouvoir intégrer les classes collectives. Du fait de mon jeune âge et de ma comédie, je ne fut jamais soupçonnée du meurtre et je fut remise sous la garde d’un très jeune maître nommé Galdor.

Les années passèrent et très rapidement la relation distante et froide de maître à élève laissa place à une amitié sincère et profonde. En quelques années, je développa un talent certain pour la comédie me permettant alors d’adopter n’importe quel rôle, n’importe quelle personnalité dans n’importe quelle circonstance. L’infiltration et l’espionnage furent mes plus grands atouts. Je devint également redoutable au maniement de l’épée bâtarde et du bouclier de bois mais resta peu douée munie d’une dague en combat rapproché.

Malgré la compagnie de mon maître, je souffrais toujours autant d’être séparée de mes frères mais Parendur mon père, refusait encore et toujours mon adhésion aux classes collectives. Hors de moi face à un nouveau rejet de mon père, je m’enfuis loin de nos terres.
A moitié morte de froid dans les forêts Kylaniennes, je fut retrouvée par une elfe Tira nommée Lalaith. Elle me soigna et prit soin de moi pendant de longs mois jusqu’à ce que je fus retrouvée par Galdor qui réussit à me convaincre de revenir à la capitale Avaren sous condition d’avoir un face à face avec mon père. L’entretient entre mon père et sa fille fut brutal et amer mais je réussie finalement à obtenir ce que je désirais : revenir parmi mes frères afin de finir mes classes en échange de quoi, je devais espionner pour lui.

​Les missions s’enchaînèrent et furent toutes autant les unes que les autres, de grandes victoires. Mon double rôle ne me gênait nullement et satisfaisait tout le monde. Du moins jusqu’à cette fameuse mission.

Mon escouade fut envoyée afin de gâcher une réunion entre les plus grands commerciaux humains. Mission simpliste ! Mais c’était sans compter sur mon père qui m’ordonna d’aller chercher des documents cachés dans le cabinet du maître de maison. Prenant le rôle d’une fille de joie, je m’infiltra parmi les invités mais échoua. Je fut capturée et torturée pendant des mois jusqu’à ce qu’ils eurent raison de ma stabilité mentale. Folle à liée, je réussi à m’extirper de mes bourreaux, tuant tout ce qui se trouva sur mon passage. Avant d’égorger le maître de maison je lui fit avouer où se trouvaient les précieux documents, les récupéra et m’enfuis de ce lieu d’horreur.

A moitié morte, je revins à Avarania à dos de cheval avant de m’écrouler devant les portes de la capitale. Je fut soignées tant bien que mal par les Scaldes mais personne ne sut calmer mon instabilité mentale. Lalaith réapparue et donna sa vie pour soigner mon corps brisé et enfermer ma folie au plus profond de mon inconscience. Mais tout puissant sortilège à des conséquences et, en bannissant ce qui me détruisait, elle libéra les sentiments que j’avais enfouit au plus profond de moi.

Les crises de folie se transformèrent en crises émotionnelles mais cela ne m’empêcha en rien de revenir sur le champs de bataille et d’intégrer une nouvelle escouade afin de représenter ma race à la cérémonie du marcheur du vide sur l’île de Kaiku. Une fois cette mission terminée, j’eus besoin de me retrouver un peu seule, loin des miens et de mes terres glacées, alors je me mêla aux humains.

Alors que je me promenais en forêt je fis la rencontre d’une espèce de créature à plume entourée de marmots, insupportablement niaise qui portait une couronne sur la tête. M’apprêtant à me moquer ouvertement d’elle, je daigna cependant écouter l’espace d’un instant les bêtises qu’elle racontait. Contre toutes attentes, je fis troublée par ses paroles qui contaient milles merveilles au delà des nuages et je resta avec elle jusqu’au couché du soleil. Alvinah, de son prénom, semblait perdue et après l’avoir salué, je fis finalement demi tour pour ne pas la laisser seule.

Alvinah est certes insupportablement niaise et fait preuve d’une positivité à toute épreuve mais… Il semblerait que je me sois attachée à cette étrange nana qui mets un peu de gaîté dans ma vie de guerrière. Et puis… Si je la laissais seule elle serait capable de se blesser en lisant un bouquin. Nous avons construit une sorte de maison dans la forêt de Brocéliande afin d’avoir un pied à terre dans nos voyages, elle avait d’ailleurs insisté pour la nommer « la demeure des Lilas Roux » en souvenir de ses parents.





logo_medievart3.png

- Design by Art'Box -

Médiév'art, association loi 1901 à but non lucratif

- SIRET 83281962700015 -

Siège : 31d Rue Mirabeau App 108 35000 Rennes

  • facebook