Zaridan

Zaridan est l'ingénieur de la troupe

Faire tomber des remparts de plusieurs mètres d'épaisseur, briser des portes fortifiées ou encore construire des machines de guerre immenses pouvant projeter des roches à plusieurs mètres, tel est le quotidien de notre ingénieur. Sa discrétion et son calme sont aussi appréciés que sa rigueur et son redoutable intellect. Mettant un poing d'honneur à ne jamais laisser un camarade dans le besoin, Zaridan n'hésite pas un seul instant à mettre à profit son génie au service de la troupe.

Vous pouvez retrouver Zaridan dans ses animations:

- Arme de siège

- Spectacle

Cliquez ici pour en savoir plus sur l'histoire de Zaridan


De : Zaridan
Destinataire : Général Leofric Deyval

Général je suppose que vous êtes déjà au courant de mes états de service et de la recherche que les forces de l’Empire Selente effectuent pour me retrouver. Vous allez avoir le plaisir de leur annoncer que ne serait plus une menace désormais pour eux, même si la justice souhaiterais que je comparaisse devant le tribunal Impérial pour haute trahison, leurs efforts seront vains. Avant de disparaître je tenais juste à vous expliquer les raisons qui m'ont poussé a trahir l’empire, je ne vous demande pas de comprendre mais de m’écouter en souvenir de ces campagnes dans lesquelles nous avons vaincu et défendu l’Empire (pour un idéal que je considérerai à cette époque comme juste et pur) Et puis... Vous êtes la seule personne en qui j’ai confiance qui ne soit pas morte ou disparue.

L’Expédition menée par le général Peyton sur le continent de Keshan n’était pas une tentative pour établir une colonie ou un comptoir de commerce. Contrairement à ce que les rapports disent c’était qu'une répugnante vaste série de pillages et de massacres. La population indigène locale, les Ssrathi (des hommes-lézards) avait construit des temples et de grandioses maisons pour y vénérer leurs dieux, mais visiblement le général était plus intéressé par l’or qui émanait de leurs mines et qui ornaient leurs temples... Il a simplement ordonné l’assaut sur les villages côtiers pacifiques et le pillage systématiques des richesses présentes. Moi simple témoin de ses ignobles actions, restait impuissant face aux actions des troupes du général. Quelle gloire et quel honneur il y avait à massacrer des Autochtones. Après l’établissement de la tête de pont le général porta son attention sur la capitale plus au sud.

L’Armée impériale était en marche vers la capitale, déjouant les quelques embuscades sur la route grâce aux machines que j’avais moi-même construites. J’étais anéanti... Je ne pouvais continuer à me mentir à moi-même à servir un Empire qui cautionnait ces actions.

Plusieurs lunes avant de début de l’assaut contre la capitale. Quelques uns de mes hommes et moi-même s’enfuirent du camp emportant avec moi quelques plans et en sabotant les machines. Ceci fait nous approchions de la capitale discrètement, mais nous sommes tombés dans une embuscade, mais pas par des Hommes-lézards, c’était des nains. Nous n’étions pas en mesure de riposter et peu armés, curieux de cette drôle de pêche, ils nous firent pénétrer dans la ville pour nous amener à leur Chef, et quelle ne fut pas notre surprise quand nous découvrirent que les nains étaient en paix avec les reptiles !

Le Chef Nain de son nom Barclay Els nous expliqua qu'il avait besoin d’aide des oracles pour mener à bien la traque d’une créature qui menaçait le monde, et puis il avoua en riant de franchement ne pas pouvoir blairer l’Empire Selente. Fort de cette nouvelle relation, je lui expliquais que j’étais ingénieur et qu’il me serait aisé de construire des machines, il m’assigna ainsi que mes hommes avec le corps du génie. N’ayant jamais travaillé avec des nains j’étais surpris de leur talent et de leurs compétences en matière d’ingénierie.

Plusieurs jours passèrent, le moment de l’assaut approchait, et les forces armées de l’empire se massaient à l’horizon. Le joue de l’assaut des machines avaient fait pleuvoir des pierres et des roches toute la journée, repoussant l’armée impériale qui se replia au bout de plusieurs jours de pilonnage. L’armée Impériale en déroute, Barclay s’adressa donc aux oracles. Pour mener à bien sa traque, ils lui indiquèrent le Nord : au-delà du désert et des montagnes, semblait se trouver la créature qu’il cherchait. Content de notre victoire, il m’invita ainsi que mes hommes à rejoindre son corps expéditionnaire, une opportunité de découvrir le monde et de mettre mes compétences au service d’une cause plus juste. Nous acceptions et nous partit en marche vers nord.

Quelques années à parcourir le monde, à rencontrer des peuples, et des cultures, à affronter des créatures belliqueuses et des peuples tout aussi belliqueux, le corps expéditionnaire était devenu une petite armée, toujours a la recherche de cette créature. Mais plus nous approchions du but et plus cette lutte incessante commençait à me fatiguer. Je ressentais le besoin de vouloir m’éloigner de cette guerre perpétuelle que nous semblions mener depuis une éternité. J’ai donc pris l’initiative de demander à Barclay de me retirer et, à ma grande surprise, il accepta de me laisser partir.

Ses derniers mots avant que je parte me firent chaud au cœur:
« Zar', mon ami, malgré nos différents et nos conflits, sache que depuis Keshan je t’ai considéré comme un de mes meilleurs amis et que tes conseils résonnent encore dans ma tête. Quand nous aurons terminé notre mission, l’expression « faire pleuvoir comme a Keshan » et le récit de tes exploits résonneront dans les halles de nos montagnes durant les siècles a venir ! Au revoir mon ami et bonne chance ! »

En sortant du camp en saluant probablement pour la dernière fois mes compagnons et mes amis, je commençais à douter : je ne pouvais retourner à l’Empire Selent. Ma trahison m’aurait fait vite pendre... Ne pouvant me tourner vers mon foyer j’eus l’idée de retourner sur mes pas en me dirigeant lentement vers Keshan, peut-être que les oracles sauront m’aider.



Suite à quelques semaines de voyage j’arrivais finalement dans la capitale et m’adressa au dirigeant pour y rencontrer les oracles. Conscient de mes actions et efforts pour défendre son peuple, les oracles acceptèrent de me recevoir pour m’aider. J’aurais aimé vous raconter tout cela de vive voix mais il m’est désormais impossible de vous rendre visite. Vous le savez plus que moi que l’Empire ne me pardonnera jamais la trahison de Keshan et que mes exploits passés en son sein seront effacés. Mon nom sera un signe de disgrâce dans tout l’empire mais je sais que cette lettre saura parler à votre cœur. J’espère que vous me pardonnerez mes actes, et sachez que si je devais rendre des comptes ce ne serait qu'à vous car vous étiez pour moi le seul exemple de ce que devrait être un vrai soldat impérial.

Merci pour tout et adieu, Général.
Zaridan




Le jeune ingénieur rangea la lettre qu’il avait écrite il y a peu soupirant de ne plus jamais pouvoir l’envoyer.

Arrivé malgré lui face à cette singulière demeure dont-il semblait déceler une odeur de lilas, il finit par prendre courage et frappa la porte…





logo_medievart3.png

- Design by Art'Box -

Médiév'art, association loi 1901 à but non lucratif

- SIRET 83281962700015 -

Siège : 31d Rue Mirabeau App 108 35000 Rennes

  • facebook