Edwin

Edwin est le noble de la troupe.

Edwin est un gentilhomme, lettré et rompu aux arts de la guerre. Redoutable archer et infatigable voyageur, il reste néanmoins plus un érudit qu'un guerrier. Calme, souriant et poli en toutes circonstances, on pourrait se demander ce qu'il vient faire dans la troupe... mais aucun membre de la compagnie ne mettrait sa loyauté en doute.

Vous pouvez retrouver Edwin dans ses animations :

- Présentation de l'archerie

- Spectacle

Cliquez ici pour en savoir plus sur l'histoire d'Edwyn


Je me prénomme Edwin et je rédige ce journal car ces temps-ci, je crains de perdre l’esprit. Je m’écris donc ce journal afin de ne pas oublier qui je suis, que dis-je ce que j’ai décidé d’être, et surtout d’ou je viens… Je me prénomme donc Edwin, mon nom de famille n’a pas vraiment d’importance… Je suis le quatrième garçon d’une famille noble, chacun de mes frères était destiné à de belle profession, prendre les rennes de la famille, devenir grand militaire ou entrée dans les ordres. Et pour moi rien... Mon père ne nourrissait pas de grand espoir sur moi. Je possédé cependant un certain talent concernant les manières et un goût assidu pour les belle choses, bijouterie, poterie, mobiliers, architecture, mais surtout les peintures. Rien ne m’a jamais autant fait frissonner que de poser mes yeux pour la première fois sur la peinture d’un grand maître. Sachant cela et afin de rester un maillon utile de la famille mon père m’envoya me former au métier de percepteur. Après tout, recueillir l’argent pour les plus grands ne demande-t-il pas une certaine forme d’adresse dans la langue et les meurs, ainsi qu’une bonne connaissance de la valeur des choses. Ma formation pris son temps, plusieurs longues années a suivre mes maîtres au travers de leur périple pour faire honneur à ma famille. Malgré de très bonne compétence dans le milieu, je me sentais beaucoup plus attirer par la découverte de nouveau environnement et de nouvelle pièce d’art que par la tâche qui m’incombait. Mon apprentissage terminé, on finit par me donner le poste auquel ma famille avait tant aspiré pour moi. Cette vie ne me déplaisait pas et je commençais à apprécier exécuter la tâche que l’on m’avait confié. C’était sans compter sur ma nature profonde et l’intérêt que la beauté du monde me suscitait, après une longue année à traquer sans succès un certain Saintclair De Rosevalt, je finis par perdre mon intérêt pour la tâche autrefois donné par ma famille et la délaissa au profit de choses de bien plus intéressantes. La découverte voyons… Voyager, découvrir et partager différente culture, voir de ces yeux de belles choses. Je suis donc partis au quatre coin du monde découvrir de nouvelles contrés, les traditions des locaux, leurs coutumes, leurs arts et leurs passions ! Très rapidement mes actions vinrent remonter aux oreilles de ma famille et provoquèrent colères et indignations de leur part. Mon père me désavoua et je tombai en disgrâce. Ici était la vie que j’ai choisis celle d’un homme destitué de son rang mais grandi par sa soif de connaissance. Je continua mes expéditions avec les quelques sous qui me restait admirant architecture, peinture et autre merveilles d’Orient et d’Occidant. J’eu l’occasion de rencontrai certain artiste, du peintre aguerrie au jeune ménestrel encore plein d’espoir face au monde. J’ai d’ailleurs de jolies anecdotes à raconté à ce sujet, des échanges vigoureux avec certains d’entre eux au sujet de contré lointaine que j’avais visiter… Enfin bref la n’est pas le sujet. Je continua mon périple jusqu'à ne plus possédé un sous, car effectivement destitué mais toujours habitué à une certaine aisance de vie. Ne pouvant plus assumer cela je finis par me rabattre vers une vie de vagabond et entra dans un clan de mercenaire dans un petit coin de Bretagne. Certes Je ne possédé pas un maniement de l’épée extraordinaire, comme sait si bien me le faire remarquer Lith actuellement… Mais mon art d’ôter les biens des gens avec verves, mes capacités de négociations auprès d’éventuelles gens, ainsi que mon goût pour le précieux acquis durant mes années de travail en tant que percepteur, doté notre compagnie d’une certaine prestance auprès du chaland. Le temps passa et je tissai des liens avec mes camarades jusqu'à cette fameuse nuit, notre compagnie n’avais pas était contacter depuis plusieurs mois pour quelques missions que ce soit. Nous nous étions donc rabattue sur le pillage de quelque marchand en fin d’après midi. Nous rentrions pour le camp en coupant par la forêt. Un trajet fait des centaines de fois avec mes camarades. Je ne sais par quel malchance je réussis a me perde dans ces bois. Je tourna pendant des heures sans retrouvé la sortit. Je finis par apercevoir au loin une lueur bleutée me laissant pensé que j’avais enfin trouvé une sortie à cette maudite forêt, je me dirigeai dans sa direction dégainant mon arme pour plus de sureté. Marchant le plus rapidement et le plus silencieusement possible, je finis par tomber sur une petite clairière emplie d’herbe haute avec en son centre un cercle parfait d’herbe couché sur le sol. Ne sachant ce que c’était, je resté attentif au moindre son et mouvement qui pouvait parvenir à mes sens, mais rien… La seule information qui me parvenait été celle d’une brise légère et humide caressant mes joues. Je me décidai à approcher et à entrer dans le cercle. A peine un pas fait à l’intérieur que ma vue s’assombrit brutalement, la tête me tournais, la fièvre me prenais et une brulure instance venais marquer ma joue. Je sentis mon corps s’alourdir et tomba dans l’inconscience. Je me réveillai au petit matin au beau milieu d’une forêt enseveli sous les feuilles d’automnes, hier nous étions pourtant en pleine été… Je n’avais plus une force, la faim et la soif me tiraillais et la faucheuse se rapprocher de minute en minute. Deux voix se rapprocher à vive allure de moi. Il semblait parler de champignon. « Celui-ci est une Amanite Phalloïde ou Calice de la mort, c’est un champignon venimeux qui entraine des lésions mortelles au foie. Nous n’y toucherons pas. » dis la première voix. « Oui, je le connais et celui-ci qu’est-ce que c’est ? » répondit la seconde en se précipitant vers mon corps. Je sentis soudaient mon pied être saisie et mon corps se soulevé du sol. J’entre-aperçut ce qui pouvais s’apparenté à une robe de prêtre et entendis la réponse de du premier protagoniste. « Ça c’est le pied d’un homme en piteuse état Alek… » Je sombra à nouveau dans l’inconscience… Lorsque que je revins à moi j’étais dans un lit, en face de moi une entité à l’allure humaine se présenta à moi et m’expliquât ce qui semblait m’être arrivais. Elle s’appelait Alvinah, j’avais été trouvé dans un état de fatigue extrême dans la forêt par Alek et Aristophane et il m’avait ramené en me trainant sur le sol à la Demeure Des Lilats Roux. C’est donc pour cela les douleurs dans mon dos... Selon ses dire j’aurais été transporté dans le temps par une puissante magie. Ma joue à d’ailleurs gardé une marque de celle-ci sous la forme d’une cicatrice étrange. Aristophane et Vadim se sont occupé de moi pendant mon inconscience. Plusieurs jours apparemment… Je rencontra l’ensemble de ce petit groupe au cours d’un repas organisé pour mon honneur…quel convivialité ! Je leur expliqua qui j’étais et d’où je venais. Au cours du récit de mon histoire je me fis interrompre par Aristophane qui m’avoua être Saintclaire De Rosevalt. Je n’en reviens pas ce faisan m’a sauvé la vie je ne peux décemment pas le cloué au pilori après cela ! Je reste cependant rancunier et admiratif de la vie qu’il a menée. Il restera tout de même pour moi Le Faisan qui m’a rendu ma liberté. Cela fait désormais plusieurs semaines que je vis ici… Bien que cette vie me semble irréaliste je me sens particulièrement bien dans cette nouvelle vie. Je donne un coup de main à mes hôtes très régulièrement pour l’entretien de la demeure et m’adonne à la peinture sur mon temps libre. J’ai bien accroché avec certain membre du groupe. Alvinah sais me rassurer et être présente dans mes moments de doute. Lith, bien que très incisive et insistante face à mes piètres talents en matière de combat, a un je ne sais quoi qui me charme. Kori est de loin le personnage qui m’intrigue le plus sa jovialité ne cesse de me surprendre. Je me suis bien rapproché de Aristohpane malgré notre passif et j’avoue que le partage de connaissance qu’il m’offre a le mérite de me captiver. Le mercenaire ayant un point en commun avec moi, le rapprochement c’est fait naturellement, nous parlons souvent de nos vielle expérience de vie… un petit moment de nostalgie. Ma relation avec Alek bien que complémentaire reste assez complexe, il ne cesse de crier à tout bout de champs qu’il n’a pas besoin de mon aide, mais je sens qu’il est bien content d’avoir de la compagnie… Peut-être un jour le reconnaitra-t-il. La vie ici est vraiment reposante et agréable… En écrivant je me rends compte que je suis libre d’être moi-même ici, je pense que je vais finalement rester un bon moment à la Demeure Des Lilats Roux. Va falloir que je m’arrête ça se chamaille un peu dehors il va falloir quelqu’un pour les arrêter…





logo_medievart3.png

- Design by Art'Box -

Médiév'art, association loi 1901 à but non lucratif

- SIRET 83281962700015 -

Siège : 31d Rue Mirabeau App 108 35000 Rennes

  • facebook